Forum de discussion et d'échanges sur la magie et l'ésotérisme
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Bourrache Officinale [Borago/Borrago Officinalis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Bourrache Officinale [Borago/Borrago Officinalis]   Lun 12 Mai - 21:39

La Bourrache Officinale [Borago/Borrago officinalis]


C’est une plante trapue et d’apparence robuste, elle mesure généralement entre 20 et 75 cm.
Elle possède d’épaisses feuilles couvertes de poils ainsi que la tige. Attention, car ces poils peuvent parfois être piquants.



Les fleurs, d’un céleste bleu, comptent 5 pétales et mesurent entre 2 et 2,5 cm de diamètre. La floraison se déroule entre mai et septembre.



Cette plante, originaire des régions méditerranéennes d’Espagne, de Turquie et de Syrie, est assez peu fréquente dans la nature.
On la trouve en bordure de chemins, dans les décombres, terrains vagues, talus… Et ce, jusqu’à une altitude de 1500 m environ.

Si cette espèce a été très présente dans les potagers et dans les jardins médiévaux, il est vrai que la bourrache est tombée dans l’oubli.
Un proverbe anglais dit ceci : « A garden without borage is like a heart without courage. » (Un jardin sans bourrache est tel un cœur sans courage.)
Selon certains jardiniers, la bourrache confère protection aux autres espèces du potager. Dans tous les cas, sa richesse en silices renforce la résistance des plantes qui l’environnent.


La bourrache en phytothérapie :

1/Parties utilisées :


*Herbe entière avec fleurs
*Graines


2/Principes actifs :

*Huiles essentielles
*Acide silicique
*Acide gamma-linoléïque
*Mucilages
*Résines
*Tannins
*Saponines
*Vitamine C (20 mg/100 g dans les feuilles fraîches)
*Minéraux (potassium, calcium, manganèse)


3/L’huile de bourrache :

La graine de bourrache est très riche en huile. En tant qu’oléagineuse, elle a longtemps été négligée. A tort. Comme nous allons le montrer.
L’huile de bourrache est extrêmement riche en en acides-gras essentiels, en particulier le fameux acide gamma-linoléïque (AGL).
Cet AGL fut, au départ, découvert dans une autre plante, l’onagre [Oenothera Biennis] laquelle produit de l’huile qui contient 8 à 10 % d’AGL. Or, la bourrache présente un taux de 25 à 30 % d’AGL dans son huile.
L’AGL favorise le renouvellement des cellules et assure leur élasticité.
On considère que le vieillissement des tissus intervient à partir du moment où l’organisme est incapable de produire certaines molécules et substances assurant la régénération et la santé cellulaires.
Sans apport externe, les cellules se dégradent. Bien que l’huile de bourrache soit considérée comme le meilleur anti-ride connu… Elle ne permet pas d’annuler le processus de vieillissement (ne rêvons pas… hé hé), simplement de le ralentir.


4/Propriétés médicinales :


*Diurétique
*Adoucissante
*Dépurative
*Laxative
*Hypotensive
*Emolliente
*Régule le système nerveux
*Soulage les maladies de la peau
*Stimule le renouvellement des tissus
*Pectorale
*Sudorifique


5/Usages :

*Ongles et cheveux cassants
*Dessèchement cutané
*Eczéma, rougeurs, allergies cutanées
*Vieillissement cutané
*Acné
*Maladies rhumatismales, polyarthrite rhumatoïde
*Colite ulcérative
*Irritation des voies respiratoires
*Troubles prémenstruels (seins douloureux, troubles intestinaux, pesanteur douloureuse, irritabilité, anxiété anormale)
*Mélancolie et nervosité


6/En cuisine :

Les feuilles sont comestibles en soupe, potage, légume d’accompagnement parfois et évoquent légèrement le goût du concombre.
Les feuilles plus jeunes peuvent être mangées crues à condition de les hacher finement.
Les fleurs, quant à elles, on peut leur trouver un petit goût d’huître. Elles décorent agréablement une salade de leur beau bleu azur.


7/Contre-indications et remarques :

*Les fleurs ne doivent pas faire l’objet d’une trop longue consommation à cause de la présence d’un alcaloïde qui serait cancérigène.
*Certains auteurs mentionnent, en effet, que fleurs et sommités fleuries doivent être consommées avec modération, pour cause, une certaine toxicité.
*Les poils de la bourrache sont irritants.
*Le jus de bourrache mêlé à celui du pissenlit fait un excellent « lait » tonifiant et démaquillant.


Sources :

-Les plantes médicinales, Anne Iburg, Gründ, 2004.
-Les nouvelles plantes qui soignent, Danielle Roux, Edition Alpen, 2005.
-Les remèdes de Hildegarde de Bingen, Paul Ferris, Marabout, 2002.
-Mon potager médiéval, Claire Lhermey, Equinoxe, 2007.
-La cuisine sauvage au jardin, Annie-Jeanne et Bernard Bertrand, Editions de Borée, 2002.
-Encyclopédie visuelle des plantes sauvages, Jean-Marie Polèse, Artémis Editions, 2007.
-Catalogue de semences, Association Kokopelli, 1999.
-Larousse illustré, 2005.


A bientôt.

AFS
Revenir en haut Aller en bas
 
La Bourrache Officinale [Borago/Borrago Officinalis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Stachys officinalis L. ] Bétoine officinale ?
» Taraxacum officinale (Le pissenlit)
» L'huile vierge de bourrache.
» Salvia (fumer)
» Consoude officinale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Demeure de la Rose de Lune :: La pièce du Bien-être :: Herboristerie-
Sauter vers: